Mon répertoire



Etre conteur, c’est une chose, mais encore faut-il avoir quelque chose à raconter : tout est là ! A l’instar du musicien, le conteur doit se constituer un « répertoire » qui lui correspond.
Pour ma part, j’aime les histoires plutôt courtes (maximum 10-12 minutes) et teintées d’humour. J’aime aussi les assaisonner à la sauce bruxelloise ou les nimber de brumes celtiques.
Qu’avons-nous donc en rayons, petit tour de mon magasin de contes :
Dans le style « bruxellois », nous avons le Chapeau de Léon Van Steenkazak qui est en fait le conte oriental « Les Babouches d’Abou Kacem » que j’ai démonté, je lui ai enlevé l’habillage « tajine et couscous » pour le remonter en version « lapin à la gueuze et stoemp royal » (C’est le principe même de l’oralité : trame universelle, saveurs locales.)
Dans le style « irlandais un petit peu fou », nous avons « John Mc Guire, le musicien aveugle devenu roi des poissons ». J’aime beaucoup cette histoire à base de musique et de whiskey que j’interprète en duo avec ma guitare.


Dans le style « métaphore tarte à la crème », nous avons « Jareth Quanjeveu », histoire dans laquelle le brave Jareth a un petit problème avec les omelettes aux champignons…
Dans le style « pseudo-anglais tendance Monty Python », nous avons « Sir Robin and the Magic Dragon », petit délire médiéval en musique.
Au rayon « Blues Bruxellois », nous avons l’Aspirateur Blues, dédié aux Zonnekloppers », le Zat en Zotte 
Rock pour les amateurs de Spa et le Bucht en Brol, blues en huit mesure qui parle du vieux marché.
Au rayon « curiosités », nous avons «Le Roi des Cornichons » qui raconte l’histoire de Bocal Ier, histoire pour laquelle j’ai du faire un long casting au rayon cornichons d’un supermarché pour enfin trouver celui qui allait interpréter Bocal.
Au rayon « ogritude », nous avons « Alphonse Boudinet et les Trois Petites Vieilles », ainsi que « Carl Gustav Stoempovitch », spécialiste universellement reconnu du psychisme ogresque.
Les lieux dans lesquels je raconte constituent une intarissable source d'inspiration. Ainsi en est-il du Musée des égouts avec Rumeurs Intraterrestres, ou encore Bruxelles Rat Conté et bien sûr le Rat-le-Bol Blues.


Mais, outre les contes en magasin, un simple coup d’œil à l’atelier qui le jouxte laisse entrevoir de nombreuses histoires inachevées, à revisiter, à bruxelliser, à mettre en musique etc… ce qui laisse présager que tout n’est pas dit…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire